Notre metier

Les étapes de l’apiculture et le fonctionnement

L’hivernage

La période hivernale est l’occasion de fondre la cire d’opercule* récoltée pendant la saison, de préparer et d’entretenir le matériel du rucher (ruches,cadres, hausses, palettes) mais aussi les véhicules (camion, remorques et chargeur) pour que tout soit prêt pour la saison à venir.

*En apiculture, les opercules désignent la pellicule de cire que les abeilles utilisent pour fermer les alvéoles pleines de miel.

L’hivernage des ruches se fait dans les Alpes de Hautes Provences. Les expositions au froid sont plus courtes, moins rudes et l’ensoleillement est beaucoup plus important qu’en Haute Savoie. Cela permet de réduire la consommation de provisions des ruches (miel et pollen) de manière significative. Il y a un avantage à l’hivernage dans le sud. En effet, le printemps arrivant plus vite, le démarrage des colonies est lui aussi plus précoce.

C’est un détail important pour la conception et le développement des essaims* de printemps. Chaque jour gagné aura son importance pour le reste de la saison car le développement d’une ruche est long (il faut 25 jours entre le début de la conception d’une reine et la ponte de son premier œuf) et il dépend des apports extérieur de la ruche (pollen, nectar) qui déclenche ou non a ponte de la reine.

*Un essaim est une nouvelle colonie de petite taille (une reine et environ 20 000 abeilles).

Le Printemps

C’est au printemps que l’on fait l’évaluation des colonies qui ont passé l’hiver (entre 10 et 20 % de perte chaque année). Le tri s’effectue entre les bonnes ruches et les mauvaises.

Les critères d’évaluation d’une ruche:

Aptitude à passer l’hiver     Taille de la colonie (abeilles et surface de ponte de la reine, présence de mâles ou pas)
Consommation de provisions     Etat sanitaire de la ruche     Age de la reine

Ce travail permet de ranger chaque ruche dans une catégorie :

ruches de production     ruches pour la reproduction (prélèvement de cadres de couvain* pour la création d’essaims artificiels)
ruches à remérer (remplacement d’une vieille reine ou d’une reine pas productive par une plus jeune)


Après ce classement on peut déterminer le travail à effectuer. On peut fixer le cheptel de production, le nombre de ruches dédiées à la reproduction pour l’année en cours. Cela nous permet aussi de savoir le nombre d’essaims à concevoir en vu de la saison suivante.

Une ruche qui sert à la reproduction est considérablement affaiblie et aura donc un potentiel de production de miel beaucoup plus faible.
La difficulté est de trouver le bon équilibre c’est-à- dire faire suffisamment d’essaims pour maintenir le cheptel tout en n’affectant pas trop le cheptel de production.

Je ne perds jamais de vue que la technique apicole doit être rigoureuse car c’est la seule chose que l’on peut maitriser correctement (ce n’est pas une science exacte et les taux de réussite sont rarement de 100% pour l’élevage des reines ainsi que pour les fécondations). Le climat a une influence directe sur les floraisons, sur l’organisation du travail et son bon déroulement.


L’élevage de reines et la reproduction :

Durant le mois d’avril, l’élevage de reines et la constitution des essaims sont planifiés. Pour l’élevage des reines, on prélève des œufs d’ouvrières âgées de 24h (c’est le greffage) dans une ruche sélectionnée pour la reproduction. Les œufs sont greffés dans un cadre spécial (appelé porte cupule) avec des cellules individuelles, ce qui permet de les répartir par la suite.

Simultanément, on sélectionne une ruche (appelée éleveuse) très populeuse à deux compartiments : l’un avec une reine et l’autre orphelin (dépourvu de reine). Les deux parties sont séparées par une grille à reine (qui laisse passer les ouvrières mais pas la reine).

Le cadre porte cupule est introduit dans le compartiment orphelin. Une ruche orpheline va alors naturellement élever une nouvelle reine en faisant des cellules royales (alvéole dans laquelle une larve est nourrie exclusivement à la gelée royale pour devenir une reine).


Après dix jours, on constitue les essaims :

La technique est de scinder en deux les ruches les plus fortes (qui ont entre 7 et 9 cadres de couvains). Après la recherche de la reine, on prend 3 cadres de couvain et 2 cadres de provisions que l’on transfère dans une ruche vide. Le lendemain, on récupère les cellules royales dans la ruche éleveuse et on les introduit dans les essaims. Dans les quinze jours qui suivent, la reine va naitre et effectuer sont premier vol (moment de la fécondation). Puis de retour à la ruche elle va pondre ses premiers œufs et ainsi commencer le développement d’une nouvelle colonie. Si tout se passe bien, les essaims deviendront des ruches et pourront peut être produire sur les dernières miellées de l’été (miel de lavandes et miel de forêt). L’opération de greffage et de constitution d’essaims va se renouveler à plusieurs reprises pendant le printemps.



La production de miel

Fin avril ou début mai, ¼ des ruches ainsi que les essaims nouvellement constitués restent sur Forcalquier (04300) afin de produire un miel de garrigues.

Les premières transhumances ont lieu pendant cette période afin d’apporter de nouvelles ressources aux abeilles (pollen et nectar).

Les autres ruches se dirigent vers la Haute Savoie (Hauteville sur Fier, Rumilly, Menthonnex sous Clermont, Challonges) ou dans l’Ain (Beynost, Montluel, Neuville sur ain) pour produire du miel de fleurs (pissenlit, tilleul), du miel d’acacia, du miel de châtaignier ou du miel de forêt.

La récolte de miel

Début juin, quand la floraison de l’acacia est terminée et que le miel est operculé, on récolte le miel d’acacia. Pendant la récolte, seules les hausses sont emportées. Ensuite direction Forcalquier où se trouve la miellerie pour extraire le miel. Dans le cas où il n’y a pas d’autres ressources (nectar et pollen) sur place on effectue une transhumance 2 ou 3 jours après la récolte.

Une fois arrivé sur Forcalquier l’extraction du miel peut commencer.
L’idéal est de le faire le plus rapidement possible, pour que le miel reste à la température de la ruche et que l’extraction soit facilitée.
Le miel est extrait par force centrifuge, filtré (pour enlever les résidus de cire provenant de l’opération de désoperculation) puis conditionné en futs.

L’EtE

Le début de l’été est le moment où l’on récolte le miel de fleurs puis le châtaignier (mi-juillet).
Entre la fin juin et la mi-juillet, certains ruchers sont transhumés vers la montagne (miel de forêt ou de sapin), d’autres vers les champs de lavandes.
Les mêmes opérations qu’au printemps se répètent pour tous les miels et pour chaque rucher (récolte, extraction).


L’automne

L’automne est le moment des dernières transhumances, des derniers nourrissements pour les ruches les plus faibles (essaims trop petits pour subvenir à leur besoin).
Cette période est aussi synonyme de réduction de l’activité sur les ruchers et une plus grande partie de l’emploi du temps va être consacrée au conditionnement et à la vente du miel sur les marchés.

Les points de vente

Retrouvez moi sur les marchés près de chez vous.
Mes produits sont aussi disponible chez Pan Gato Boulangerie

Vendredi
Vielle ville d'Annecy
Rue Sainte claire
7h à 13h
Samedi
Annecy Centre Ville
Boulevard Nicollet et Taine
7h à 13h
Tous les jours - 6h30 à 19h30
Boulangerie Pan & Gatô
6 Rue du Pré d'Avril
74940 Annecy-le-Vieux
Contactez moi